AUTOMNE 2015_NO.6 - Page 14

INNOVATION [ SUITE ] LA RÉADAPTATION DE DEMAIN : L’EXEMPLE D’UN HABITAT INTELLIGENT ET D’UN PROJET D’ASSISTANT CULINAIRE POUR PERSONNES VIVANT AVEC DES DIFFICULTÉS COGNITIVES 14 orthophoniste)⁴, de deux stagiaires postdoctoraux, et de quatre étudiants au doctorat issus de plusieurs universités québécoises et françaises. Ce projet vise à atteindre trois objectifs à court et moyen terme : 1) développer un assistant culinaire, soit une aide technologique à la cognition pour la préparation de repas, 2) évaluer les effets sur la préparation de repas et sur les autres habitudes de vie et 3) évaluer les leviers et obstacles à son implantation dans la résidence. Tel que mentionné plus tôt, la collaboration constante avec les futurs utilisateurs constitue un atout considérable au processus de conception. Cette participation précoce et continue des futurs utilisateurs augmente la satisfaction et le taux de succès des projets en informatique (Giroux et coll., 2008). En ce sens, le projet est mené dans le cadre d’une recherche ayant une approche en action participative devant permettre de concevoir un assistant culinaire avec et pour les utilisateurs cibles. Cette approche permet d'impliquer dès le début les résidents et les intervenants à la conception de l'outil technologique. Vous devez maintenant avoir une question qui vous brûle les lèvres : à quoi ressemblera cet assistant culinaire? Figure 1. Visualisation du prototype de l’assistant culinaire dans une cuisine ⁴ Carolina Bottari, Bruno Bouchard, Abdenour Bouzouane, Mélanie Couture, Pierre De Loor, Guylaine Le Dorze, Brigitte Le Pévédic, Mélanie Levasseur, Hélène Pigot, Bonnie Swaine, André Thépaut, Pierre-Yves Therriault. Chercheurs principaux : Nathalie Bier et Sylvain Giroux. Co-chercheur clinique : Josianne Côté. UN AVANT-GOÛT DE CE QUE SERA L’ASSISTANT CULINAIRE… L’assistant culinaire a comme principal but d’améliorer l’indépendance à la préparation de repas en fournissant une assistance adaptée aux besoins des personnes vivant avec les séquelles d’un TCC. Il est important de mentionner que l’assistant culinaire est toujours en phase de conception. À ce jour, il comprend le matériel suivant : une tablette numérique soutenue par un support rechargeant (voir Figure 1), un logiciel, de l’équipement pour la sécurité (un extincteur, des mitaines de four, un détecteur de fumée intelligent, etc.) et un téléphone cellulaire intelligent. Il sera également relié à l’habitat à l’aide de capteurs intégrés à l’environnement (ex. capteurs de présence, capteurs pour les ouvertures de portes ou de meubles) et de différents effecteurs (ex. une bande déroulante sur le mur du salon, haut-parleur, etc.). Erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC AUTOMNE 2015_NO.6 L’intérêt de le relier par des capteurs à l’environne- tions Into Practice" (Haskins et coll., 2012). De plus, ment est de recueillir de l’information objective cet assistant culinaire pourra être adapté aux besoins provenant de l’appartement. Par exemple, il pourra des personnes vivant avec les séquelles d’un TCC. détecter où se trouve le résident dans l’environne- Cette adaptation aux besoins de la personne serait ment et recevoir de idéalement faite par l’informat